Rejoignez-nous

Faire la fête… Une évidence !

Musique, éclairages ad hoc, buffet participatif...Les jeunes de HandinamiK aiment faire la fête. Cinq en 2016, trois depuis le début 2017 et des jeunes de plus en plus nombreux qui s'éclatent sur la piste avec leurs frères, leurs soeurs, leurs amis. Les parents sont là aussi, un peu en retrait autour du buffet : on danse un peu moins mais on parle beaucoup plus. Car c'est là un autre objectif de notre association, faire réseau, échanger, s'entraider. C'est notre but et ça marche !

Qui sommes-nous, que voulons-nous, qu’allons-nous faire ?

Parents de jeunes adultes handicapés mentaux, nous avons constaté à quel point il est difficile pour nos enfants de se retrouver entre copains. En théorie, les cafés, les bars, les clubs de vacances -ces lieux où l'on se retrouve entre amis, entre collègues- leur sont ouverts mais en pratique ils ne s'y sentent pas toujours à l'aise, conscients d'être différents. Différents, c'est leur singularité et ce qui les rassemble. Alors pour eux, nous avons décidé de créer l'association HandinamiK avec trois objectifs prioritaires : organiser des fêtes où ils se retrouvent pour danser, ouvrir un « HandinamiK Kfé » qui leur serait destiné mais ouvert à tous, concevoir des week-ends ou des vacances pour qu'ils partent ensemble, selon leurs affinités et dans leur groupe d'âge.

Des soirées "DJ"

Un "HandinamiK Kfé"

Des loisirs adaptés

Nos actus

Les Turbulents philosophent !

« C’est quoi la différence entre renaître et se reconstruire soi-même ? » En suggérant de commencer par définir les termes, la première réflexion soulevée à « l’agora philosophie » du foyer Turbulences, le 11 avril dernier à Paris, s’inscrit d’emblée dans la démarche. Les jeunes prennent vite le pli d’aborder de grandes questions existentielles avec l’aide de la philosophe Gisèle Berkman, et témoignent de réelles fulgurances.

Pour cette deuxième édition, le thème retenu était celui de de la « renaissance ». Ce choix s’expliquait par la nécessité de tourner la page d’une douloureuse expérience, celle d’un incendie survenu précisément… lors de la dernière Agora philo ! Et les Turbulents ne manquaient pas d’inspiration : du constat que l’on renaît chaque jour, à la nécessité de se libérer de nos chaînes et de savoir avancer dans la vie, en passant « de l’ombre à la lumière », les idées fusaient de part et d’autre, sans temps mort. De l’ESAT à la communion avec ses ancêtres, en passant par la musique, beaucoup évoquaient l’importance d’un refuge dans lequel s’abriter afin de « renaître de ses cendres ».

Si les échanges dévient assez rapidement du sujet initial, l’atmosphère bienveillante et chaleureuse de cette causerie permettait également aux plus timides de nous faire profiter de leurs observations. Ainsi, caché dans un coin de la salle, Alexis sortait de son silence et, en guise de clôture de cette soirée philosophique, nous poussait à poursuivre nos méditations d’un fort à propos :  « Le printemps, c’est la renaissance ».

Une deuxième rencontre, ouverte à tous, aura lieu le 2 mai au foyer, de 19 h à 21 h

Café Joyeux : bravo à Agathe, Félix et Rose-Marie !

Rose-Marie tend fièrement les mains pour recevoir son petit pain au chocolat. C'est la tradition : à la fin de leur service, ces serveurs pas (tout à fait) comme les autres repartent chez eux avec une viennoiserie et un compliment, venant couronner leur journée de travail. Rose-Marie , comme Félix et Agathe, tous membres de HandinamiK, font partie de l'équipe du Café joyeux.

Tenu par des jeunes en situation de handicap mental et cognitif, et leurs formateurs, ce nouveau lieu branché à Paris met l'accent sur l'inclusion en sens inverse, également au cœur de notre projet. Une autre bonne raison d’y aller ? Plusieurs même ! Des produits frais, locaux et de saison, des bénéfices reversés à des associations caritatives, et un expresso servi avec le cœur.

Le Café Joyeux, 23 rue Saint-Augustin, Passage Choiseul, Paris.

 

Tracas administratifs, témoignez

Difficultés d’accès aux soins, à l’emploi, à la vie citoyenne : les personnes en situation de handicap et leurs proches sont souvent confrontés à ces obstacles. Peut-être l’avez vous été vous-même. Pour y remédier, une mission gouvernementale « Égalité Handicap » a mis en place une consultation en ligne recueillant vos témoignages, par thème, en vue d’améliorer les procédures administratives. Pour participer, il suffit de s’inscrire sur le site de la mission Égalité Handicap. Une très bonne initiative permettant aussi de commenter et évaluer les contributions des autres internautes. Dépêchez vous, c’est jusqu’au 9 mars !

Thomas, poète en quête de musiciens

« L’idée de base, c’est de sortir de sa bulle ».  Conscient que sa différence peut le couper du monde, Thomas, jeune autiste, publie des poèmes sur son blog. Il y aborde son handicap, sa situation, mais aussi ses chagrins d’amour. « La poésie, c’est ma passion, confie ce grand brun volubile, toujours chic avec son petit chapeau noir. Mon rêve serait de publier un livre de recueils. »

Depuis plus de 5 ans, il cherche aussi à monter un groupe de musique, et pas seulement comme parolier. Guitariste et pianiste, il a déjà enregistré plusieurs compositions sur son ordinateur. « J’adore Renaud, je trouve ses chansons très poétiques, mais j’aime aussi le rock ! », insiste ce fan de Supertramp, Madness et Percujam – un groupe monté par de jeunes autistes avec leurs éducateurs.

« Je cherche des musiciens pour m’accompagner, poursuit-il. Des filles et des garçons, c’est important que le groupe soit mixte. » Il ne ménage pas ses efforts pour dénicher les perles rares : annonces sur internet, renseignements auprès d’amis passés par le conservatoire…

Si vous souhaitez rejoindre son groupe, écrivez nous ! Thomas est aussi un fidèle des fêtes et du HandinamiK Kfé, des moments précieux pour lui et ses amis. « Ça permet d’oublier nos galères, de se lâcher et de rencontrer des gens », s’enthousiasme cet artiste multicarte. Peut-être le rencontrerez vous à cette occasion.