Faire la fête… Une évidence !

Musique, éclairages ad hoc, buffet participatif...Les jeunes de HandinamiK aiment faire la fête. Cinq en 2016, trois depuis le début 2017 et des jeunes de plus en plus nombreux qui s'éclatent sur la piste avec leurs frères, leurs soeurs, leurs amis. Les parents sont là aussi, un peu en retrait autour du buffet : on danse un peu moins mais on parle beaucoup plus. Car c'est là un autre objectif de notre association, faire réseau, échanger, s'entraider. C'est notre but et ça marche !

Qui sommes-nous, que voulons-nous, qu’allons-nous faire ?

HandinamiK est une association de parents, d’amis et de proches de jeunes adultes en situation de handicap mental et cognitif, sur Paris et l’Ile de France. Notre association est plutôt tournée vers les loisirs avec deux actions majeures : l’organisation de fêtes et un HandinamiK Kfé. Deux ans après création, en 2016, HandinamiK compte plus de 110 adhérents.

Nous avons déjà organisé plusieurs fêtes qui ont réuni environ 120 personnes et nous avons même dû bloquer des inscriptions pour des raisons de capacité de la salle. Si l’objectif est de permettre à nos jeunes se retrouver ensemble, de danser et de faire des rencontres, il est aussi de faire réseau entre parents, fratries, amis, échanger nos informations, nous entraider. Bref, notre association se veut un « bouche-à-oreille », mais dans une ambiance festive.

Des jeunes bénévoles de l’association « Benenova » participent à nos fêtes. Leur mission ? Nous aider (un peu) et danser (beaucoup) avec les jeunes de l’asso. Découvrez nos soirées dans ce film, réalisé bénévolement par une jeune réalisatrice qui nous soutient. Pour en savoir plus, vous pouvez également lire cet article un lien  le prix solidarité 2017, dont Dany Dobosz Rybicki, présidente, est lauréate pour la région Ile-de-France.

Quant au HandinamiK Kfé, son objectif est de permettre à ces jeunes adultes d’avoir un lieu pour se retrouver entre copains : s’il existe de nombreuses activités accessibles, il est difficile pour eux de se retrouver dans un lieu en dehors des activités organisées, de leur structure de jour, de leur foyer ou de leur domicile. Une fois l’activité terminée, ils se retrouvent seuls.

Nous avons obtenu un créneau horaire, un dimanche par mois, à l’Espace Gabriel Lamé, 22 rue Gabriel Lamé (75012 Paris). M° Cour Saint Emilion. Notre objectif est aussi (et surtout) que des jeunes adultes non handicapés se joignent aux nôtres.

Des soirées "DJ"

Un "HandinamiK Kfé"

Des loisirs adaptés

Nos actus

HandinamiK tient son premier conseil des jeunes

« Stop, on arrête là : on a des idées pour au moins trois ans ! » Il est midi ce samedi 23 juin, et notre premier conseil des jeunes touche à sa fin. Nous sommes obligés de mettre un frein à l’enthousiasme des participants. Car des propositions d’activités, Matthieu en avait encore beaucoup, nous garantissant presque de ne pas avoir à y réfléchir pendant plusieurs mois. Durant cette première session, qui avait pour but de permettre aux jeunes de faire part de leurs projets concernant l’association, les idées ont fusé : parcs d’attractions et parcs à thèmes, activités sportives, visites de Paris, ateliers… Chacun y allait de sa suggestion, la plupart étant approuvées à l’unanimité.

Les propositions témoignaient parfois d’un attachement particulier à un endroit : ainsi, Yoann et Thomas souhaitaient faire partager à d’autres leur découverte de la bibliothèque F. Mitterrand. Plusieurs jeunes ont également exprimé l’envie de prendre davantage part à l’organisation de l’association. Entre propositions d’activités et volonté de prendre des décisions, ces derniers nous prouvaient à quel point HandinamiK avait besoin de leur implication.

Un musée féerique, rien que pour HandinamiK

Grande première : le 24 juin dernier, HandinamiK organisait sa première sortie. Sûrement pas la dernière ! Notre délégation, composée d’une vingtaine de jeunes et cinq accompagnateurs, avait rendez-vous au Musée des arts forains pour une visite exclusive. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que personne n’a été déçu ! Automates qui chantent, piano qui joue tout seul : niché au cœur du 12ème arrondissement, à quelques encablures du parc de Bercy, le musée des arts forains a tout d’une caverne aux merveilles.

En pénétrant dans ce lieu insolite, aux murs embellis par le lierre, Fabrice nous montrait du doigt des oiseaux colorés cachés sous le feuillage et Julien reconnaissait le “fantôme” d’un cheval malencontreusement coincé entre deux parois. Mais nous ne pouvions pas faire grand chose pour lui, nous avions un musée à visiter ! Au cours de cette visite animée par un guide irréprochable, beaucoup d’entre nous retombaient en enfance : cette halte dans le temps, qui nous ramenait à l’époque d’Arlequin tout autant qu’à celle de Gustave Eiffel, nous faisait l’effet d’une parenthèse enchantée.

Décorée selon les codes de la commedia dell’arte, chaque salle comporte son lot de surprises, entre costumes flamboyants et machines au charme un rien désuet. Comme cet ancêtre imposant des lecteurs de musique fonctionnant grâce à un ingénieux système de papier perforé, ou ce manège nécessitant un pédalage continu (et soutenu !) de la part de ses utilisateurs. Si ces drôles de machines pouvaient sembler un brin déroutantes, elles étaient vite apprivoisées et l’appréhension cédait alors la place à un élan plein de gaieté.

Une gaieté qui raisonnait encore dans le parc de Bercy, où les jeunes se sont ensuite posés pour un pique-nique ensoleillé, la tête encore pleine de ces instants magiques.

Les Turbulents philosophent !

« C’est quoi la différence entre renaître et se reconstruire soi-même ? » En suggérant de commencer par définir les termes, la première réflexion soulevée à « l’agora philosophie » du foyer Turbulences, le 11 avril dernier à Paris, s’inscrit d’emblée dans la démarche. Les jeunes prennent vite le pli d’aborder de grandes questions existentielles avec l’aide de la philosophe Gisèle Berkman, et témoignent de réelles fulgurances.

Pour cette deuxième édition, le thème retenu était celui de de la « renaissance ». Ce choix s’expliquait par la nécessité de tourner la page d’une douloureuse expérience, celle d’un incendie survenu précisément… lors de la dernière Agora philo ! Et les Turbulents ne manquaient pas d’inspiration : du constat que l’on renaît chaque jour, à la nécessité de se libérer de nos chaînes et de savoir avancer dans la vie, en passant « de l’ombre à la lumière », les idées fusaient de part et d’autre, sans temps mort. De l’ESAT à la communion avec ses ancêtres, en passant par la musique, beaucoup évoquaient l’importance d’un refuge dans lequel s’abriter afin de « renaître de ses cendres ».

Si les échanges dévient assez rapidement du sujet initial, l’atmosphère bienveillante et chaleureuse de cette causerie permettait également aux plus timides de nous faire profiter de leurs observations. Ainsi, caché dans un coin de la salle, Alexis sortait de son silence et, en guise de clôture de cette soirée philosophique, nous poussait à poursuivre nos méditations d’un fort à propos :  « Le printemps, c’est la renaissance ».

Une deuxième rencontre, ouverte à tous, aura lieu le 2 mai au foyer, de 19 h à 21 h

Café Joyeux : bravo à Agathe, Félix et Rose-Marie !

Rose-Marie tend fièrement les mains pour recevoir son petit pain au chocolat. C'est la tradition : à la fin de leur service, ces serveurs pas (tout à fait) comme les autres repartent chez eux avec une viennoiserie et un compliment, venant couronner leur journée de travail. Rose-Marie , comme Félix et Agathe, tous membres de HandinamiK, font partie de l'équipe du Café joyeux.

Tenu par des jeunes en situation de handicap mental et cognitif, et leurs formateurs, ce nouveau lieu branché à Paris met l'accent sur l'inclusion en sens inverse, également au cœur de notre projet. Une autre bonne raison d’y aller ? Plusieurs même ! Des produits frais, locaux et de saison, des bénéfices reversés à des associations caritatives, et un expresso servi avec le cœur.

Le Café Joyeux, 23 rue Saint-Augustin, Passage Choiseul, Paris.