Le constat est sans appel : on ne peut pas être heureux tout seul.

Invités samedi dernier à s’exprimer sur la question du bonheur, à l’occasion de notre deuxième Kfé philo, fin janvier, les handinamikiens se sont montrés unanimes. Pour eux, le bonheur, c’est avant tout les amis, les proches, et dans un second temps les passions. Quel que soit l’angle sous lequel la question était abordée (le bonheur, est-ce la liberté de faire ce que l’on veut ? La satisfaction de nos moindres désirs ? Etc.), l’importance des relations humaines revenait constamment au cœur des discussions.

Alors, conséquence logique des confinements répétés, ou conviction profonde ? Pour le savoir, vivement la fin de la pandémie !

Le bonheur, c’est les autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.